[av_slideshow_full img_copyright=” size=’no scaling’ min_height=’0px’ stretch=” control_layout=’av-control-hidden’ slider_navigation=’av-navigate-arrows av-navigate-dots’ nav_visibility_desktop=” nav_arrow_color=” nav_arrow_bg_color=” nav_dots_color=” nav_dot_active_color=” src=” attachment=” attachment_size=” position=’top left’ repeat=’no-repeat’ attach=’scroll’ img_copyright_font=” av-desktop-font-img_copyright_font=” av-medium-font-img_copyright_font=” av-small-font-img_copyright_font=” av-mini-font-img_copyright_font=” img_copyright_color=” img_copyright_bg=” animation=’fade’ transition_speed=” autoplay=’true’ interval=’4′ img_scale=” img_scale_end=’10’ img_scale_direction=” img_scale_duration=’3′ img_scale_opacity=’1′ conditional_play=” img_scrset=” lazy_loading=’disabled’ alb_description=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-1glezlk’ sc_version=’1.0′]
[av_slide_full slide_type=’image’ id=’12412′ video=’http://’ mobile_image=” fallback_link=’https://’ title=” video_format=” video_ratio=’16:9′ caption_pos=’caption_bottom’ custom_title_size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” custom_content_size=” av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” custom_title=” custom_content=” heading_tag=” heading_class=” link_apply=” link=’lightbox’ link_target=” button_label=’Click me’ button_color=’light’ link1=’manually,http://’ link_target1=” button_label2=’Click me’ button_color2=’light’ link2=’manually,http://’ link_target2=” overlay_opacity=’0.5′ overlay_color=” overlay_pattern=” overlay_custom_pattern=” av_uid=’av-19fk5i0′ sc_version=’1.0′][/av_slide_full]

[/av_slideshow_full]

[av_heading heading=’4 mythes sur l’apprentissage du japonais’ tag=’h1′ style=’blockquote modern-quote modern-centered’ subheading_active=” show_icon=” icon=’ue800′ font=’entypo-fontello’ size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” subheading_size=’20’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” icon_size=” av-desktop-font-size-1=” av-medium-font-size-1=” av-small-font-size-1=” av-mini-font-size-1=” color=” custom_font=” subheading_color=” seperator_color=” icon_color=” margin=” margin_sync=’true’ av-desktop-margin=” av-desktop-margin_sync=’true’ av-medium-margin=” av-medium-margin_sync=’true’ av-small-margin=” av-small-margin_sync=’true’ av-mini-margin=” av-mini-margin_sync=’true’ headline_padding=” headline_padding_sync=’true’ av-desktop-headline_padding=” av-desktop-headline_padding_sync=’true’ av-medium-headline_padding=” av-medium-headline_padding_sync=’true’ av-small-headline_padding=” av-small-headline_padding_sync=’true’ av-mini-headline_padding=” av-mini-headline_padding_sync=’true’ padding=’10’ av-desktop-padding=” av-medium-padding=” av-small-padding=” av-mini-padding=” icon_padding=’10’ av-desktop-icon_padding=” av-medium-icon_padding=” av-small-icon_padding=” av-mini-icon_padding=” link=” link_target=” title_attr=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lpq6wu1a’ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”]
Le train à grande vitesse japonais
[/av_heading]

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color=” custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ av_uid=’av-nl0e7s’]

[av_textblock fold_type=” fold_height=” fold_more=’Lire la suite’ fold_less=’Read less’ fold_text_style=” fold_btn_align=” textblock_styling_align=” textblock_styling=” textblock_styling_gap=” textblock_styling_mobile=” size=’17’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” color=” fold_overlay_color=” fold_text_color=” fold_btn_color=’theme-color’ fold_btn_bg_color=” fold_btn_font_color=” size-btn-text=” av-desktop-font-size-btn-text=” av-medium-font-size-btn-text=” av-small-font-size-btn-text=” av-mini-font-size-btn-text=” fold_timer=” z_index_fold=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lpq6vas7′ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”]
L’apprentissage du japonais suscite souvent une vague d’émotions allant de l’enthousiasme à l’appréhension. De nombreux mythes entourent ce processus, forgeant des idées reçues qui peuvent décourager ou fausser la perspective des apprenants potentiels. Démêlons le vrai du faux pour maîtriser le japonais de manière efficace.

Le japonais est l’une des langues les plus difficiles à apprendre

Lorsque l’on aborde l’apprentissage du japonais, une idée largement répandue est celle de son extrême complexité. Cette perception est souvent due au fossé culturel et linguistique qui sépare les langues indo-européennes, comme le français, et les langues asiatiques telles que le japonais. En effet, avec ses trois systèmes d’écriture – les hiragana, les katakana et les kanji – et une syntaxe reposant sur une construction SOV (sujet-objet-verbe), plutôt qu’une construction SVO (sujet-verbe-objet) à laquelle sont habitués bon nombre de locuteurs européens, le japonais présente des particularités indéniables. Toutefois, la complexité est une notion relative.

Commençons par la phonétique japonaise, reconnue pour sa régularité et sa prévisibilité. Contrairement au français, chaque caractère hiragana ou katakana représente une syllabe qui conserve presque toujours le même son, ce qui limite les erreurs de prononciation et simplifie la lecture. De plus, le japonais n’utilise qu’une poignée de voyelles et de consonnes, réduisant ainsi la charge d’apprentissage liée aux nuances phonétiques.

Ensuite, si l’on examine la syntaxe plus en détail, on s’aperçoit que la grammaire japonaise est exempte de certaines difficultés rencontrées en français : l’absence de distinction de genre et de nombre, et des conjugaisons de verbes moins complexes en termes de variations et d’exceptions. Ces spécificités permettent aux apprenants de se concentrer sur d’autres aspects de la langue comme la maîtrise des particules qui servent à indiquer la fonction grammaticale des mots dans une phrase, un élément essentiel de la langue qui, une fois appris, contribue grandement à la compréhension et à la construction de phrases correctes.

Il est indéniable que les kanjis représentent un défi, au vu de leur nombre et de leur multiples lectures. Cependant, il est primordial de noter que l’apprentissage des kanjis se fait progressivement, et une connaissance des kanjis les plus courants ouvre déjà de vastes horizons en termes de compréhension écrite et d’expression.

Il faut vivre au Japon pour devenir fluide en japonais

Une autre idée répandue chez les apprenants de japonais est qu’une immersion complète au Japon serait le seul moyen d’atteindre un niveau avancé. Cette croyance peut être un frein pour ceux qui ne peuvent pas voyager ou vivre au Japon pour des raisons diverses. Heureusement, cette notion d’immersion absolue, bien que bénéfique et souhaitable, n’est pas un passage obligé pour tous.

Les progrès technologiques et l’accès sans précédent à des ressources en ligne diversifiées permettent un riche apprentissage virtuel. Des plateformes éducatives offrent des cours de japonais interactifs pour tous les niveaux, tandis que des outils comme les applications d’échanges linguistiques mettent en relation les apprenants avec des locuteurs natifs. Ces interactions, même à distance, facilitent une pratique régulière de la langue japonaise et permettent de s’habituer à différentes intonations et accents.

L’assimilation passe également par la consommation de médias japonais. Il est maintenant aisé de se plonger dans l’actualité au Japon grâce à des sites d’information en ligne ou d’écouter des podcasts japonais pour tous les centres d’intérêt. Lire des livres simplifiés en japonais peut augmenter considérablement les compétences de compréhension écrite. Toutes ces activités constituent une forme d’immersion qui améliore non seulement la compréhension de la langue, mais aussi celle de la culture japonaise, élément crucial dans le processus d’apprentissage d’une langue.

En outre, la pratique active du japonais au quotidien, telle que tenir un journal personnel en japonais ou écrire des courriels à des correspondants japonais, sont d’excellentes manières pour renforcer ses compétences linguistiques. Cela permet d’intégrer les structures grammaticales et le vocabulaire de manière plus naturelle, en contournant les contraintes géographiques.

La clé, donc, réside dans une immersion stratégique, où l’apprenant créé intentionnellement des opportunités pour s’engager avec la langue japonaise de manière significative. Ainsi, bien qu’un séjour au Japon puisse offrir une expérience immersive incomparable, apprendre le japonais à un haut niveau demeure entièrement possible depuis le confort de son foyer. Il suffit d’adopter les bons outils et de maintenir une pratique consistante pour bâtir une compétence linguistique solide.

Je suis trop âgé(e) pour apprendre le japonais

L’idée que l’apprentissage d’une nouvelle langue, telle que le japonais, est une course contre la montre est une préoccupation courante. De nombreux apprenants sont convaincus que l’âge joue un rôle déterminant dans la capacité à apprendre une langue étrangère. Cependant, les recherches montrent que malgré les avantages indéniables de commencer jeune, l’apprentissage est un processus accessible et fructueux à tout âge.

En effet, les enfants sont souvent cités comme des modèles d’apprentissage linguistique pour leur élasticité cérébrale et leur capacité à assimiler de nouvelles sonorités sans préjugés. Pourtant, les adultes disposent d’atouts considérables, tels que des capacités d’analyse, une compréhension des concepts grammaticaux et une motivation consciente, qui peuvent être des moteurs puissants dans l’apprentissage de la langue japonaise.

Les outils méthodologiques et les ressources adaptées à l’âge adulte existent en abondance. Des guides structurés aux tutoriels en ligne, en passant par les cours spécialement conçus pour des publics matures prouvent que l’âge ne constitue pas un obstacle incontournable. Bien au contraire, les adultes apprenants sont souvent plus disciplinés et peuvent fixer des objectifs d’apprentissage spécifiques qui facilitent l’acquisition d’une nouvelle langue comme le japonais.

Une étude de la prononciation en japonais pourrait illustrer parfaitement comment des adultes débutants peuvent atteindre une prononciation proche de celle des natifs en s’engageant régulièrement et en utilisant de bonnes méthodes d’écoute active. Similairement, la compréhension et l’utilisation adéquate de particules japonaises, un élément souvent redouté par les novices, sont des compétences que les adultes peuvent maîtriser avec du temps et de la pratique.

La diversité des styles d’apprentissage offre aussi des avantages variés. Certains adultes peuvent préférer et bénéficier grandement d’un apprentissage individualisé et autonome, tandis que d’autres évoluent mieux dans des contextes en groupe où la discussion et l’interaction sont encouragées.

Il faut connaître tous les Kanji pour lire du japonais

L’apprentissage des kanji, ces caractères complexes d’origine chinoise utilisés dans l’écriture japonaise, semble souvent une montagne insurmontable pour les nouveaux apprenants. L’impression que la maîtrise de tous les kanji est essentielle pour lire et écrire en japonais est une idée reçue qui peut rendre l’apprentissage décourageant. Heureusement, cette impression ne reflète pas entièrement la réalité.

En vérité, un nombre limité de kanji constitue la majorité de ceux utilisés dans les textes courants. Apprendre les 2 136 “joyo kanji”, les caractères d’usage courant, est considéré comme suffisant pour lire la majeure partie des documents en japonais, tels que les journaux ou les romans modernes. Pour les débutants, se concentrer dans un premier temps sur les “kyoiku kanji”, un sous-ensemble de 1 026 caractères enseignés au cours de l’enseignement primaire au Japon, permet déjà d’acquérir une base solide.

Les méthodes pour étudier les kanji sont aussi variées et adaptées aux apprenants modernes. Plutôt que de mémoriser passivement, les techniques d’étude actives, telles que l’association de mots et d’images ou l’apprentissage par des histoires mémorables, transforment cette quête en un processus plus engageant et moins ardu. C’est ce qu’on appelle la mnémotechnique. De plus, la pratique d’écriture régulière à l’aide d’applications ou de cahiers d’exercices spéciaux peut grandement aider à ancrer les caractères dans la mémoire.

Les ressources pour apprendre les kanji sont à la portée de tous, allant des applications mobiles aux flashcards en ligne qui emploient la répétition espacée pour optimiser la mémorisation. Ces outils permettent aux apprenants de se familiariser progressivement avec les kanji les plus fréquemment utilisés, les rendant moins intimidants et plus accessibles.

De plus, les kanji ne sont pas uniquement une affaire de mémorisation brute. Comprendre la logique derrière leur construction, à travers l’étude des radicaux, donne des indices sur leur signification ou leur prononciation, rendant l’apprentissage beaucoup plus intuitif. Avec cette compréhension structurelle, les étudiants peuvent souvent déduire la signification de kanji inconnus dans un contexte, une compétence précieuse pour le développement de la lecture en japonais.

En dernier lieu, il est essentiel de se rappeler que l’apprentissage d’une langue est un parcours personnel et graduel. La patience et la persistance sont les clés du succès, et chaque nouveau kanji appris est un pas de plus vers la fluidité en japonais. Ainsi, l’objectif n’est pas de connaître tous les kanji, mais plutôt de construire une base solide et d’augmenter progressivement ses connaissances pour atteindre ses propres objectifs linguistiques.
[/av_textblock]