[av_slideshow_full img_copyright=” size=’no scaling’ min_height=’0px’ stretch=” control_layout=’av-control-hidden’ slider_navigation=’av-navigate-arrows av-navigate-dots’ nav_visibility_desktop=” nav_arrow_color=” nav_arrow_bg_color=” nav_dots_color=” nav_dot_active_color=” src=” attachment=” attachment_size=” position=’top left’ repeat=’no-repeat’ attach=’scroll’ img_copyright_font=” av-desktop-font-img_copyright_font=” av-medium-font-img_copyright_font=” av-small-font-img_copyright_font=” av-mini-font-img_copyright_font=” img_copyright_color=” img_copyright_bg=” animation=’fade’ transition_speed=” autoplay=’true’ interval=’4′ img_scale=” img_scale_end=’10’ img_scale_direction=” img_scale_duration=’3′ img_scale_opacity=’1′ conditional_play=” img_scrset=” lazy_loading=’disabled’ alb_description=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-1ie0is9′ sc_version=’1.0′]
[av_slide_full slide_type=’image’ id=’12558′ video=’http://’ mobile_image=” fallback_link=’https://’ title=” video_format=” video_ratio=’16:9′ caption_pos=’caption_bottom’ custom_title_size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” custom_content_size=” av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” custom_title=” custom_content=” heading_tag=” heading_class=” link_apply=” link=’lightbox’ link_target=” button_label=’Click me’ button_color=’light’ link1=’manually,http://’ link_target1=” button_label2=’Click me’ button_color2=’light’ link2=’manually,http://’ link_target2=” overlay_opacity=’0.5′ overlay_color=” overlay_pattern=” overlay_custom_pattern=” av_uid=’av-1abl9w9′ sc_version=’1.0′][/av_slide_full]
[/av_slideshow_full]

[av_heading heading=’Est-il difficile d’apprendre le japonais ?’ tag=’h1′ style=’blockquote modern-quote modern-centered’ subheading_active=’subheading_below’ show_icon=” icon=’ue800′ font=’entypo-fontello’ size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” subheading_size=’20’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” icon_size=” av-desktop-font-size-1=” av-medium-font-size-1=” av-small-font-size-1=” av-mini-font-size-1=” color=” custom_font=” subheading_color=” seperator_color=” icon_color=” margin=” margin_sync=’true’ av-desktop-margin=” av-desktop-margin_sync=’true’ av-medium-margin=” av-medium-margin_sync=’true’ av-small-margin=” av-small-margin_sync=’true’ av-mini-margin=” av-mini-margin_sync=’true’ headline_padding=” headline_padding_sync=’true’ av-desktop-headline_padding=” av-desktop-headline_padding_sync=’true’ av-medium-headline_padding=” av-medium-headline_padding_sync=’true’ av-small-headline_padding=” av-small-headline_padding_sync=’true’ av-mini-headline_padding=” av-mini-headline_padding_sync=’true’ padding=’10’ av-desktop-padding=” av-medium-padding=” av-small-padding=” av-mini-padding=” icon_padding=’10’ av-desktop-icon_padding=” av-medium-icon_padding=” av-small-icon_padding=” av-mini-icon_padding=” link=” link_target=” title_attr=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lq039lg8′ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”][/av_heading]

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color=” custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ av_uid=’av-jxdgex’]

[av_textblock fold_type=” fold_height=” fold_more=’Lire la suite’ fold_less=’Read less’ fold_text_style=” fold_btn_align=” textblock_styling_align=” textblock_styling=” textblock_styling_gap=” textblock_styling_mobile=” size=’17’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” color=” fold_overlay_color=” fold_text_color=” fold_btn_color=’theme-color’ fold_btn_bg_color=” fold_btn_font_color=” size-btn-text=” av-desktop-font-size-btn-text=” av-medium-font-size-btn-text=” av-small-font-size-btn-text=” av-mini-font-size-btn-text=” fold_timer=” z_index_fold=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lq036zm6′ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”]

Apprendre le japonais présente des défis, mais il est crucial de considérer objectivement que la difficulté peut être subjective et varier selon les apprenants. Dans les faits, la difficulté d’apprendre le japonais dépend de divers facteurs, tels que votre langue maternelle, vos compétences linguistiques générales, votre motivation et la méthodologie d’apprentissage que vous choisissez.

Une phonétique relativement simple et accessible

L’acquisition d’une nouvelle langue repose en grande partie sur la maîtrise de sa prononciation, et dans ce domaine, le japonais se distingue par son système phonétique remarquablement simple.

Contrairement à de nombreuses autres langues, le japonais présente une quantité limitée de sons, facilitant ainsi l’apprentissage de la prononciation. Les phonèmes japonais, au nombre d’environ 110, variantes comprises, sont moins nombreux et plus distincts que dans de nombreuses langues étrangères telles que l’anglais ou le chinois.

Les syllabaires hiragana et katakana, utilisés pour transcrire le japonais de manière écrite, offrent une approche linéaire et cohérente. Chaque caractère représente une syllabe unique, conférant un avantage significatif : une fois maîtrisés, ces systèmes permettent de lire pratiquement tous les mots japonais en phonétique.

De plus, la prononciation en japonais demeure remarquablement constante. Contrairement au français ou à l’anglais, où une même combinaison de lettres peut être prononcée différemment selon le mot (pensons à des exemples tels que “tough”, “though”, “through” en anglais), le japonais offre une correspondance quasi-uniforme entre l’écriture et la prononciation. Cette caractéristique simplifie grandement la phase initiale d’apprentissage pour les débutants.

Cependant, il convient de rester vigilant face à quelques subtils pièges phonétiques, tels que la distinction entre voyelle courte et voyelle longue, qui peut altérer le sens d’un mot. Cependant, avec une pratique régulière et concentrée, ces défis seront rapidement surmontés, rendant le parcours d’apprentissage plus fluide.

Pour optimiser votre méthode d’apprentissage du japonais en tant que débutant, intégrez activement l’écoute attentive d’enregistrements audio et visionnez des vidéos éducatives pour reproduire les sonorités authentiques du Japon. Vous constaterez que reproduire ces sons spécifiques devient de plus en plus intuitif au fil du temps, grâce à leur régularité.

Une grammaire régulière et conformiste

L’apprentissage de la grammaire d’une langue est souvent redouté en raison de ses règles complexes et de ses nombreuses exceptions. Cependant, dans le cas du japonais, la structure grammaticale est renommée pour sa cohérence et sa prévisibilité, soulageant ainsi les apprenants de ce fardeau.

Tout d’abord, les verbes japonais ne subissent aucune conjugaison en fonction de la personne ou du nombre. Vous n’aurez donc pas à mémoriser une variété de terminaisons différentes, comme c’est courant en français. À la place, quelques règles simples régissent les temps (passé, présent, futur) et la forme polie ou neutre du verbe.

De plus, l’absence de genre grammatical réduit considérablement la charge d’apprentissage. Fini les accords complexes entre noms, adjectifs et articles ; en japonais, un mot reste inchangé, quel que soit son genre ou son rôle dans la phrase. Cette caractéristique seule simplifie considérablement l’étude du japonais.

La grammaire japonaise suit également un ordre de mots SOV (sujet-objet-verbe), constant dans toutes les affirmations. Bien que cela puisse sembler inhabituel au premier abord pour un locuteur francophone habitué à la structure SVO (sujet-verbe-objet), cette constance offre une logique rassurante qui permet aux apprenants de construire des phrases avec confiance dès le début de leur étude.

Enfin, des “particules” précisent les relations entre les mots dans une phrase. Ces petits mots-clefs évitent toute confusion en indiquant clairement le sujet, l’objet ou le complément d’un verbe, par exemple.

Plutôt que d’être une jungle impénétrable de règles arbitraires, la grammaire japonaise ressemble davantage à un jeu de légo, où chaque élément a sa place précise et son rôle bien défini. Avec persévérance et pratique, même les débutants peuvent développer leurs compétences linguistiques et s’épanouir dans des conversations simples.

Une langue pas si difficile à apprendre

Comme précédemment mentionné, le japonais se distingue par l’absence de genre grammatical et d’articles, une caractéristique qui simplifie considérablement son apprentissage.

En effet, dans de nombreuses langues, en particulier les langues romanes, chaque nom est assigné à un genre, masculin ou féminin, influençant la forme des adjectifs et parfois la conjugaison des verbes associés. Cependant, en japonais, un tel concept est absent, les mots demeurant neutres indépendamment du contexte. Cette particularité dispense des efforts mentaux liés à la mémorisation et à l’application du bon genre dans chaque situation.

De plus, il n’existe ni article défini ni article indéfini tels que “le”, “la”, “les”, “un” ou “une”, “des”. En français, par exemple, le choix entre “un” ou “une” peut être source de confusion et de casse-tête pour un apprenant. Le japonais évite cette complexité en ne requérant aucun article avant les noms communs. Cela libère votre attention pour se concentrer sur d’autres aspects essentiels du vocabulaire et de la structure de la phrase.

Cependant, il est important de noter que bien que cette simplicité facilite l’apprentissage initial, approfondir ses connaissances demeure essentiel pour maîtriser pleinement les subtilités de cette langue riche et unique. Néanmoins, lorsqu’il s’agit de commencer avec assurance et clarté dans vos premiers dialogues en japonais, ces particularités linguistiques se révèlent être des atouts précieux.

L’Art de l’écrit en Japonais

Bien que le japonais ne s’avère pas aussi difficile qu’on pourrait l’imaginer au final, il est crucial d’adopter une perspective réaliste concernant certains aspects de la langue qui peuvent présenter des défis majeurs. L’écriture, avec ses trois systèmes distincts (hiragana, katakana et kanji), demande du temps et des efforts pour être pleinement maîtrisée. Cependant, même cet aspect peut être abordé progressivement avec une approche méthodique, en débutant par les hiragana et les katakana avant de se plonger dans l’univers plus complexe des kanji, qui sont plus nombreux.

Lorsque l’on évoque l’apprentissage du japonais, l’image des kanji, ces idéogrammes complexes, vient souvent à l’esprit. Malgré le défi qu’ils représentent, diverses méthodes existent pour apprendre les kanji et s’initier graduellement à cette écriture mystique.

Le premier pas dans l’apprentissage de l’écriture japonaise devrait toujours débuter par les hiragana et les katakana, les deux syllabaires phonétiques qui constituent des bases solides avant d’explorer le vaste univers des kanji. Les hiragana sont utilisés pour écrire les mots indigènes et les terminaisons grammaticales, tandis que les katakana servent à transcrire les mots empruntés et certains noms propres.

L’avantage principal de ces deux systèmes réside dans leur relative simplicité, chaque caractère correspondant clairement à une syllabe spécifique. Un apprentissage régulier et systématique transformera bientôt ces signes en des partenaires familiers de votre parcours linguistique.

Une fois que vous êtes à l’aise avec ces deux alphabets, il est alors temps d’intégrer progressivement les kanji dans votre pratique quotidienne. Les kanji représentent des idées ou des objets par leur forme visuelle, un concept à la fois fascinant et déroutant au début. Cependant, la clé réside dans la progression graduelle, en commençant par les caractères les plus courants et utiles, puis en élargissant votre répertoire en fonction de vos besoins personnels ou professionnels.
[/av_textblock]