[av_slideshow_full img_copyright=” size=’no scaling’ min_height=’0px’ stretch=” control_layout=’av-control-hidden’ slider_navigation=’av-navigate-arrows av-navigate-dots’ nav_visibility_desktop=” nav_arrow_color=” nav_arrow_bg_color=” nav_dots_color=” nav_dot_active_color=” src=” attachment=” attachment_size=” position=’top left’ repeat=’no-repeat’ attach=’scroll’ img_copyright_font=” av-desktop-font-img_copyright_font=” av-medium-font-img_copyright_font=” av-small-font-img_copyright_font=” av-mini-font-img_copyright_font=” img_copyright_color=” img_copyright_bg=” animation=’fade’ transition_speed=” autoplay=’true’ interval=’4′ img_scale=” img_scale_end=’10’ img_scale_direction=” img_scale_duration=’3′ img_scale_opacity=’1′ conditional_play=” img_scrset=” lazy_loading=’disabled’ alb_description=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-60lrei’ sc_version=’1.0′]
[av_slide_full slide_type=’image’ id=’12357′ video=’http://’ mobile_image=” fallback_link=’https://’ title=” video_format=” video_ratio=’16:9′ caption_pos=’caption_bottom’ custom_title_size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” custom_content_size=” av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” custom_title=” custom_content=” heading_tag=” heading_class=” link_apply=” link=’lightbox’ link_target=” button_label=’Click me’ button_color=’light’ link1=’manually,http://’ link_target1=” button_label2=’Click me’ button_color2=’light’ link2=’manually,http://’ link_target2=” overlay_opacity=’0.5′ overlay_color=” overlay_pattern=” overlay_custom_pattern=” av_uid=’av-1c282my’ sc_version=’1.0′][/av_slide_full]
[/av_slideshow_full]

[av_heading heading=’Les erreurs courantes à éviter en apprenant le japonais’ tag=’h1′ style=’blockquote modern-quote modern-centered’ subheading_active=” show_icon=” icon=’ue800′ font=’entypo-fontello’ size=” av-desktop-font-size-title=” av-medium-font-size-title=” av-small-font-size-title=” av-mini-font-size-title=” subheading_size=’20’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” icon_size=” av-desktop-font-size-1=” av-medium-font-size-1=” av-small-font-size-1=” av-mini-font-size-1=” color=” custom_font=” subheading_color=” seperator_color=” icon_color=” margin=” margin_sync=’true’ av-desktop-margin=” av-desktop-margin_sync=’true’ av-medium-margin=” av-medium-margin_sync=’true’ av-small-margin=” av-small-margin_sync=’true’ av-mini-margin=” av-mini-margin_sync=’true’ headline_padding=” headline_padding_sync=’true’ av-desktop-headline_padding=” av-desktop-headline_padding_sync=’true’ av-medium-headline_padding=” av-medium-headline_padding_sync=’true’ av-small-headline_padding=” av-small-headline_padding_sync=’true’ av-mini-headline_padding=” av-mini-headline_padding_sync=’true’ padding=’10’ av-desktop-padding=” av-medium-padding=” av-small-padding=” av-mini-padding=” icon_padding=’10’ av-desktop-icon_padding=” av-medium-icon_padding=” av-small-icon_padding=” av-mini-icon_padding=” link=” link_target=” title_attr=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lpci7cqs’ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”]
Le train à grande vitesse japonais
[/av_heading]

[av_hr class=’default’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color=” custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ av_uid=’av-rx48ze’]

[av_textblock fold_type=” fold_height=” fold_more=’Lire la suite’ fold_less=’Read less’ fold_text_style=” fold_btn_align=” textblock_styling_align=” textblock_styling=” textblock_styling_gap=” textblock_styling_mobile=” size=’17’ av-desktop-font-size=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” font_color=” color=” fold_overlay_color=” fold_text_color=” fold_btn_color=’theme-color’ fold_btn_bg_color=” fold_btn_font_color=” size-btn-text=” av-desktop-font-size-btn-text=” av-medium-font-size-btn-text=” av-small-font-size-btn-text=” av-mini-font-size-btn-text=” fold_timer=” z_index_fold=” id=” custom_class=” template_class=” av_uid=’av-lpci3exj’ sc_version=’1.0′ admin_preview_bg=”]
Plonger dans l’étude de la langue japonaise est une aventure aussi gratifiante que complexe. Entre ses trois méthodes d’écriture (hiragana, katakana et kanji) et sa construction grammaticale, chaque élément se présente comme une pièce fondamentale d’un puzzle que les apprenants doivent réussir à assembler. Cependant, parcourir ce chemin d’apprentissage sans guide ou structure peut amener à des erreurs qui, si elles ne sont pas corrigées tôt, pourraient entraver sérieusement votre progression et votre plaisir dans la maîtrise de cette langue.

Les erreurs fréquentes auxquelles les étudiants sont confrontés lorsqu’ils veulent apprendre le japonais sont donc souvent nombreuses. De l’importance de s’immerger non seulement dans la langue, mais aussi dans sa culture, à l’adoption d’une approche équilibrée entre théorie et pratique, il vous faut progresser de manière structurée avec des stratégies pratiques pour les surmonter les obstacles. Vous embrasserez ainsi toute une manière de penser et de communiquer qui enrichira profondément votre expérience.

Négliger les bases de la prononciation

L’apprentissage de la langue japonaise débute par la maîtrise de sa prononciation. Les nouveaux apprenants peuvent parfois minimiser cette étape fondamentale, fixant ainsi sans le savoir des habitudes difficilement modifiables pour l’avenir. Une prononciation incorrecte peut entraîner des confusions, car elle influe sur le sens des mots et peut ainsi modifier complètement la compréhension d’une phrase.

Un exemple courant est la distinction très fine dans la prononciation des voyelles longues et courtes, comme dans les mots “obasan” (おばさん, tante) et “obaasan” (おばあさん, grand-mère), où une simple nuance change totalement la relation familiale.

Réussir à prononcer les “r” japonais, qui ressemblent à un son situé entre le “r” italien et le “l” français, est un défi pour beaucoup d’étudiants. Par exemple, la syllabe “ra” (ら) ne doit pas sonner comme “ra” en français ni comme comme “la”. Cela demande souvent de l’entraînement pour éviter d’être mal compris.

Conseils pour améliorer la prononciation :

  • Écoutez et imitez :
    Commencez par écouter attentivement comment les locuteurs natifs prononcent les mots et essayez d’imiter leur manière de parler, même si cela revient à vous parler tout seul devant une glace. L’utilisation de matériel audiovisuel, comme des émissions de télévision ou des podcasts conçus pour les apprenants, peut être un support précieux.
  • Enregistrez-vous :
    Cela peut paraître gênant au début, mais s’enregistrer et se réécouter est une méthode très efficace. Cela vous permet d’identifier vos erreurs de prononciation et de travailler spécifiquement sur celles-ci.
  • Accentuez le rythme et l’intonation :
    Le japonais est une langue à accent tonique, où l’intonation peut changer le sens d’un mot. N’hésitez pas à répéter des phrases en portant attention à l’intonation utilisée.
  • Pratiquez avec des locuteurs natifs :
    Rien ne vaut la pratique en situation réelle. Utilisez des plateformes d’échange linguistique ou participez à des ateliers pour pratiquer votre prononciation avec des locuteurs natifs.

En prenant le temps de peaufiner votre prononciation dès le début, vous poserez les bases solides pour une communication fluide et claire en japonais. Cet investissement initial de temps et d’effort vous épargnera des heures de corrections et d’incompréhensions plus tard dans votre apprentissage.

Ne pas apprendre les Hiragana et les Katakana dès le début

Une pierre angulaire de l’apprentissage du japonais réside dans la maîtrise précoce des deux alphabets syllabaires : les hiragana et les katakana. Ceux-ci représentent les sons de base de la langue japonaise et sont essentiels pour lire, écrire et s’exprimer correctement. En reportant l’apprentissage de ces systèmes d’écriture, les étudiants se privent de la capacité à déchiffrer des textes simples, à suivre des instructions basiques ou à interagir avec des ressources éducatives primordiales.

Les hiragana sont typiquement utilisés pour écrire les terminaisons grammaticales et les mots japonais pour lesquels il n’existe pas de kanji, ou lorsque les kanji ne sont pas connus de l’apprenant. Les katakana, quant à eux, sont couramment employés pour transcrire des mots empruntés à d’autres langues, des noms étrangers, ou pour mettre en évidence certains mots dans un texte.

Conseils pour apprendre efficacement les hiragana et les katakana :

  • Pratique quotidienne :
    Consacrez une période chaque jour à la pratique de l’écriture et de la reconnaissance des hiragana et des katakana. Commencez par quelques caractères à la fois, puis augmentez progressivement jusqu’à maîtriser les deux alphabets complets.
  • Bannir les romaji :
    Les romaji sont nos lettres latines ; nous les utilisons souvent pour transcrire des mots japonais dans notre propre système d’écriture. Par exemple, le mot すし devient “sushi”. Bannissez totalement l’utilisation des romaji dans votre apprentissage du japonais ainsi que dans toutes vos listes de vocabulaire, cela accélérera grandement leur maîtrise.
  • Association visuelle :
    Associez chaque caractère à une image ou une idée qui vous aidera à mémoriser sa forme et sa sonorité. Ces associations rendent l’apprentissage plus aisément mémorable.
  • Pratique grâce à la lecture :
    Cherchez des textes adaptés à votre niveau, écrits entièrement en hiragana et en katakana. Lire à haute voix vous aidera également à mémoriser la prononciation des caractères.
  • Incorporation dans la vie quotidienne :
    Essayez de remplacer vos notes de tous les jours (listes de courses, mémos, entrées de journal) par des écrits en hiragana et katakana pour renforcer votre pratique.

En intégrant l’apprentissage des hiragana et des katakana dès le début de votre parcours d’étude du japonais, vous établirez une base solide pour acquérir la langue de façon holistique. Cela vous permettra également d’accéder plus tôt à une gamme plus large de matériaux authentiques, accélérant ainsi votre progression globale.

Ignorer les kanjis

Souvent perçus comme une montagne insurmontable par les apprenants, les kanjis sont pourtant un élément clé de la langue japonaise. Chaque kanji recèle sa propre signification et de multiples lectures, ce qui peut sembler intimidant de prime abord. Cependant, ne pas accorder suffisamment d’attention aux kanjis peut sérieusement brider votre compréhension et appréciation des subtilités de la langue.

Un des principaux écueils est l’omission précoce de l’étude des kanjis, ce qui peut rendre la lecture de textes authentiques presque impossible. Les kanjis ne sont pas uniquement des symboles écrits mais constituent également des blocs de construction cruciaux du vocabulaire japonais, souvent permettant de déduire le sens des mots inconnus par le contexte.

Conseils pour intégrer les kanjis dans votre apprentissage :

  • Intégration progressive :
    Il est conseillé de commencer par les kanjis les plus fréquents et de les intégrer peu à peu à votre étude. Les 214 “radicaux” de kanjis, qui constituent les fondations de la plupart des kanjis, sont un excellent point de départ.
  • Méthodes mnémotechniques :
    Découvrez et utilisez des techniques mnémotechniques pour enregistrer la signification et la forme des kanjis. Des récits ou des images peuvent grandement faciliter leur mémorisation.
  • Pratique quotidienne :
    L’apprentissage des kanjis exige une pratique régulière. Des applications telles que Anki peuvent aider à réviser quotidiennement via un système de répétition espacée.
  • Lecture diversifiée :
    Lisez régulièrement des textes variés qui comprennent des kanjis. Cela peut être des articles de journaux, des extraits de romans ou même des menus de restaurant en japonais. Cela renforce non seulement la lecture mais enrichit également le vocabulaire.
  • Utilisation en contexte :
    Essayez d’utiliser activement les kanjis appris en formulant vos propres phrases. Cela renforce la mémorisation et la compréhension de leur emploi.

En démystifiant les kanjis et en les intégrant stratégiquement dans votre routine d’apprentissage, ceux-ci passeront de défi redouté à outil précieux ouvrant la porte à un monde riche en nuances de la langue japonaise. C’est un effort de longue haleine, mais les fruits de votre travail se manifesteront dans chaque aspect de votre maîtrise du japonais.

Se limiter aux manuels de langue

Alors que les manuels de langue sont d’excellentes ressources structurées pour les débutants, c’est la diversification des outils d’apprentissage qui enrichira véritablement votre connaissance de la langue japonaise. S’en tenir exclusivement aux manuels peut conduire à une compréhension théorique sans rendre justice à la dynamique et à la richesse du japonais parlé et écrit dans un cadre naturel.

Les manuels ont le mérite de poser les bases grammaticales et de présenter le vocabulaire de manière progressivement complexe, mais un apprenant qui n’explore pas au-delà pourrait se retrouver démuni face à des situations de communication réelles. Le langage courant contient des expressions idiomatiques, des tournures de phrases et un vocabulaire que les manuels abordent rarement en profondeur.

Conseils pour compléter votre apprentissage au-delà des manuels :

  • Exposition à des sources variées :
    Cherchez à vous exposer à la langue par le biais de différents supports: articles en ligne, blogs, newsletters, podcasts ou encore chansons. Cela vous permettra de vous habituer à différents styles et registres de langue.
  • Pratique dans un contexte réel :
    Interagir avec des natifs ou participer à des groupes de discussion en japonais permet de mettre en pratique ce que vous avez appris et de vous familiariser avec des tournures conversationnelles courantes.
  • Journal en japonais :
    Tenir un journal quotidien en japonais est un exercice excellent pour consolider vos connaissances grammaticales et lexicales et pour refléter sur vos progrès.
  • Utilisation de ressources numériques :
    Il existe une pléthore de ressources en ligne, depuis les applications éducatives jusqu’aux forums de discussion. Utilisez ces outils pour varier votre expérience d’apprentissage.
  • Participation à des événements culturels :
    Que ce soit en ligne ou en personne, cherchez des occasions de vous immerger dans la culture japonaise. Cela peut comprendre des projections de films, des expositions, des ateliers de cuisine, etc.

En s’appuyant sur une palette plus large de ressources, vous ne vous contentez pas d’apprendre le japonais; vous vivez la langue. Cette immersion contribue à une compréhension plus intuitive et vous prépare à utiliser le japonais de manière confiante et efficiente dans divers contextes.

Priorisation excessive de la grammaire

La grammaire est souvent considérée comme l’ossature d’une langue, fournissant les règles essentielles pour former des phrases cohérentes et compréhensibles. Cependant, une focalisation trop rigide sur les règles grammaticales dès le début de l’apprentissage du japonais peut s’avérer contre-productive. Elle peut ralentir votre capacité à communiquer de manière fluide et naturelle, car la langue vivante ne se résume pas à un ensemble de règles à appliquer mécaniquement.

Pour un locuteur natif, la langue s’articule de façon bien plus fluide et instinctive. En se concentrant de manière excessive sur la grammaire, l’élève risque de perdre l’aisance et la spontanéité nécessaires à la conversation réelle. Il est donc crucial de trouver un équilibre entre l’apprentissage de la grammaire et l’utilisation pratique de la langue.

Conseils pour un apprentissage équilibré de la grammaire japonaise :

  • Apprenez dans un contexte :
    Plutôt que d’étudier la grammaire de manière isolée, essayez de l’apprendre à travers des exemples concrets et des situations réelles. Cela peut impliquer de l’associer à du vocabulaire spécifique ou de l’utiliser dans des dialogues.
  • Pratique orale :
    Munissez-vous de structures grammaticales de base et lancez-vous dans la pratique orale. La conversation permet d’intégrer naturellement les structures grammaticales et de mieux saisir leur utilisation.
  • Exercices pratiques :
    Réalisez des exercices qui encouragent l’usage actif de la grammaire, comme la rédaction de petites histoires ou de dialogues. Plus vous utiliserez la langue dans des contextes variés, plus les règles grammaticales se fixeront naturellement.

Ne craignez pas de faire des erreurs. Elles sont une part essentielle de l’apprentissage et un moyen infaillible de progresser. Avoir une conversation fluide avec quelques fautes est largement préférable à ne pas parler du tout par peur de se tromper.

En adoptant une approche pratique, interactive et indulgente dans votre apprentissage de la grammaire japonaise, vous parviendrez progressivement à une communication naturelle et spontanée. Cette pratique ouvre la voie à une maîtrise authentique de la langue, où les règles grammaticales servent de support plutôt que d’entrave à la fluidité de l’expression.

Omettre l’aspect culturel

L’apprentissage du japonais ne se limite pas à l’acquisition de nouvelles règles grammaticales ou à l’élargissement du vocabulaire; il s’inscrit également dans un contexte culturel riche et profond. Ignorer cet aspect de l’apprentissage est une erreur qui pourrait non seulement vous priver d’expériences linguistiques authentiques, mais aussi de la capacité à utiliser la langue de manière appropriée dans diverses situations sociales.

La langue japonaise est intrinsèquement liée à un ensemble de normes comportementales et à un étiquette (礼儀, reigi) qui, lorsqu’ils sont bien compris et respectés, enrichissent la communication et favorisent une meilleure intégration sociale. Par exemple, les niveaux de politesse, exprimés à travers le choix des mots et des formes verbales, sont essentiels pour montrer du respect ou exprimer la familiarité.

Conseils pour intégrer la culture dans votre apprentissage du japonais :

  • Exposition à la culture japonaise :
    Immergez-vous dans les coutumes et traditions japonaises à travers des documentaires, des livres ou des événements culturels. Cela vous aidera à mettre en contexte votre apprentissage linguistique.
  • Apprentissage par l’observation :
    Observez comment les Japonais interagissent entre eux dans différents contextes. Que ce soit par des séries télévisées, des échanges linguistiques ou lors de voyages, l’observation est un moyen puissant de saisir l’utilisation contextuelle du japonais.
  • Dialogue avec des natifs :
    Engagez des conversations avec des personnes natives pour comprendre leurs perspectives culturelles. Cela peut être par le biais de rencontres interculturelles, de réseaux sociaux ou de communautés en ligne.
  • Étude de la politesse et de l’étiquette :
    Familiarisez-vous avec les concepts de keigo (敬語, langage respectueux) et les nuances entre les niveaux de langage. Comprendre quand et comment les utiliser est crucial pour communiquer efficacement.

En intégrant la dimension culturelle à votre apprentissage de la langue japonaise, vous enrichirez votre compréhension et votre expression dans la langue, tout en gagnant en sensibilité culturelle. Une telle approche holistique ne manquera pas de vous ouvrir de nouvelles perspectives et de vous rendre votre apprentissage encore plus vivant et stimulant.
[/av_textblock]