Le Japon choisit le système Aegis pour renforcer sa défense antimissile

Pour renforcer les capacités défensives contre une éventuelle attaque de missiles balistiques par la Corée du Nord, le ministère de la Défense cherchera à financer un système de défense antimissile Aegis terrestre pour le budget de l’exercice 2018.

Les fonctionnaires du ministère ont débattu sur le fait de s’équiper avec le système Aegis terrestre, ou le système de défense de zone de haute altitude (THAAD) à la fine pointe de la technologie, qui a été développé par l’armée américaine.

Mais plusieurs sources gouvernementales ont déclaré le 22 juin qu’il a été décidé de demander des fonds pour poursuivre l’étude de l’introduction du système Aegis.

Les fonctionnaires du ministère de la Défense donneront officiellement leur accord pour le système Aegis dans le courant du mois de juillet, et le feu vert sera donné pour la recherche d’un financement gouvernemental dans le budget de l’exercice 2018.

La Force maritime d’autodéfense japonaise utilise déjà le système Aegis sur ses navires de guerre dans le cadre du système de défense antimissile balistique de la nation. Les destroyers d’Aegis portent des intercepteurs Standard 3 (SM-3) qui peuvent abattre des missiles balistiques en dehors de l’atmosphère terrestre. Si le SM-3 ne parvient pas à atteindre sa cible, alors tout repose sur les missiles sol-air Patriot Advanced Capability 3 (PAC-3) pour abattre le missile entrant une fois dans l’atmosphère.

Les estimations des coûts actuels pour le système Aegis terrestre sont évalués à environ 80 milliards de yens (620 millions d’euros) l’unité. Si le missile SM-3 Block IIA en cours de développement par le Japon et les États-Unis est utilisé dans le système Aegis terrestre, tout le Japon pourrait théoriquement être couvert par deux unités.

L’installation du système Aegis terrestre permettra également une plus grande flexibilité lors du déploiement des destroyers Aegis de la Force maritime d’autodéfense dans les eaux territoriales du Japon pour se prémunir contre les lancements de missiles balistiques ennemis.

D’autre part, l’installation du système THAAD aurait impliqué le déploiement d’au moins six lanceurs autour du Japon, chaque unité coûtant plus de 100 milliards de yens (775 millions d’euros).

Des projets sont actuellement en cours à Tokyo pour que la ministre de la Défense Tomomi Inada visite et inspecte une installation expérimentale d’un système Aegis terrestre à Hawaii en juillet.